Le côté trop économe de l’Allemagne peut-il lui jouer des tours sur la durée ?

0
103
economie allemagne

Ce qui permet à l’Allemagne d’occuper la 4e place mondiale sur le plan économique est sans aucun doute le dynamisme de son secteur industriel. Cependant, on constate que le pays envoie quelques signes de faiblesse bien qu’elle ait enregistré une progression de 0,6% économiquement durant le premier trimestre de 2017. Quels sont les secteurs qui rendent l’économie allemande plus vulnérable.

Vieillissement des infrastructures publiques

L’économie allemande repose effectivement sur l’exportation qui ne l’oblige pas d’effectuer d’importants travaux publics pour satisfaire les commandes. Cependant, elle a besoin de reformer ses infrastructures publiques vu que ces dernières commencent à vieillir notamment le secteur routier qui a conduit aux grognes de la Fédération de l’Industrie allemande. Selon une étude réalisée par des experts, 20% des autoroutes, plus de la moitié des routes nationales et ponts du pays sont dans des états piteux. Ceci étant dû au fait que l’Etat n’accorde pas un budget assez conséquent pour financer la réparation de ces infrastructures.

Deux raisons majeures peuvent être avancées pour expliquer ce déficit d’investissement. Tout d’abord, le pays l’Allemagne paie le prix de l’insuffisance collaboration entre le pouvoir fédéral et les Länder. En effet, le cout des financements et de la planification des travaux importants sont partagés entre les 2 entités. Par la suite, l’excédent budgétaire enregistré durant 2016 devrait être utilisé pour faire baisser les impôts et non à l’investissement public.

D’autres signaux d’alerte à considérer vivement

Mis à part la détérioration des infrastructures publiques du pays, certains économistes nationaux et internationaux estiment que l’Allemagne doit reconsidérer le faible taux d’investissement des entreprises de taille intermédiaire. Cette situation peut également peser sur la compétitivité du pays pour les années à venir. On note que le PIB du pays entre 2008 à 2015 est passé de 7,6% à 6,2%. Par la même occasion, la majorité des dirigeants des PME et PMI allemandes est composée de personnes vieillissantes, par conséquent, un manque de dynamisme est enregistré en matière d’investissements. Par la suite, le secteur énergétique de l’Allemagne n’arrange pas sa situation puisqu’elle est dans l’obligation de dépendre du gaz russe étant donné qu’elle a abandonné le secteur nucléaire et le charbon. En dernier lieu, le secteur export sur lequel repose l’économie du pays n’est pas trop rassurant puisqu’en cas de décroissance de l’économie mondiale, l’économie allemande doit se tourner vers la consommation nationale.