Une économie de 1,9 milliard € estimée en 2018 pour le secteur d’assurance-maladie

0
148

La semaine dernière, la Caisse nationale d’Assurance-maladie a fait savoir aux particuliers qu’elle entend réaliser une économie d’environ 1,9 milliard d’euros pour 2018 afin de faire face à l’alourdissement sans cesse des dépenses de santé. Cette annonce a un peu surpris beaucoup de personnes vu que le plafonnement de la hausse des dépenses de l’Assurance-maladie pour 2018 à 2,3 % n’est pas encore officialisé par le Président de la République. Pour réaliser cette économie, la Caisse nationale prévoit d’effectuer quelques actions dans différents secteurs de l’assurance-maladie.

Le domaine expérimental

L’Assurance-maladie prévoit de mettre en place d’un « cadre juridique générique » afin de simplifier la mise en œuvre d’expérimentation dans le domaine d’organisation des soins et faciliter par la suite l’évolution du système de soins. Dans la même foulée, l’organisation souhaite également la mise en place d’un fonds national pour un financement des expérimentations de grande envergure.

Télémédecine

Avec l’évolution de la technologie, la CNAM souhaite qu’un cadre stable et durable soit mis en place pour le déploiement efficace de la télémédecine. Pour ce faire, cette entité estime qu’un financement des actes doit être étudié dans le cadre tarifaire de droit commun en fonction des modalités fixées par les personnes concernées.
Médicaments et hospitalisation.

La CNAM envisage une économie de 750 millions d’euros dans le secteur en proposant aux professionnels de la santé de prescrire des médicaments très efficaces aux malades ou en incitant l’Etat à promouvoir les génériques et les biosimilaires.

Dans le but de faire des économies sur l’hospitalisation également, la CNAM envisage d’accroitre le nombre de femmes qui rentre à leur domicile dans les 3 jours suivants leur accouchement tout en profitant par la même occasion d’un suivi attentionné d’une sage-femme. Cela permettrait à la caisse d’enregistrer une économie d’environ 24 millions d’euros. Plus de45 millions € sont également prévus pour renflouer la caisse grâce à la réduction de 1 jour et demi de l’hospitalisation des personnes bénéficiant des prothèses de genou et de hanche.